'Amaroli', 'shivambu', 'urothérapie' ou 'urinothérapie', c'est l'art de se soigner avec sa propre urine.
Une thérapie ancestrale appuyée par les recherches scientifiques les plus récentes.


Utilisation interne
  Urinez dans un verre puis buvez. La première urine du matin est la plus riche en vitamines, acides aminés, minéraux, hormones, enzymes, anti-inflammatoires, anticorps, antidouleurs, etc. Cependant l'urine est consommable à tout moment de la journée.


Boire un verre de son urine chaque matin:
quoique surprenante, une technique de santé efficace


  Le goût de l'urine dépend de notre alimentation et de notre état de santé. Plus nous améliorons notre alimentation (voir chapitre Manger végétalien) et plus nous buvons notre urine, plus notre santé sera bonne et plus la saveur de notre urine sera neutre.

  Buvez votre urine chaque jour, particulièrement celle du matin, que ce soit pour améliorer votre santé ou pour la conserver.

  Il est également possible de jeûner plusieurs jours exclusivement à l'eau et à l'urine. Si vous n'avez jamais jeûné, commencez par un jeûne d'une demie-journée, puis une journée, etc. Ne jeûnez pas plus de 3 jours sauf en cas de maladie grave et sous la tutelle de quelqu'un. Plus vous jeûnez longtemps, plus il est important de reprendre à manger progressivement, en commençant par des jus, et en continuant par des aliments très digestes en quantité modérée.

  Vous pouvez également bénéficier des jeûnes à l'urine chaque jour en sautant le dîner et en pratiquant amaroli l'après midi et le matin au réveil.

  Pour quelconque mal passager (coup de fatigue, coup de froid, angine, grippe, mal de ventre, etc.) il suffira généralement de:
- Cesser de manger pendant une demi-journée, voire un ou deux jours, selon la gravité du problème.
- Boire son urine autant que souhaité.
- Dormir autant que possible.

Pour les débutants il existe plusieurs façons de se familiariser en douceur avec cette thérapie :
- Apprenez en plus sur le sujet (voire rubrique « en savoir plus » et page « témoignages »).
- Commencez par utiliser l'urine en application externe.
- Commencez avec quelques gouttes sous la langue, en homéopathie.
- Commencez avec quelques gouttes diluées dans un verre d'eau ou de jus.
- Buvez beaucoup d'eau avant d'uriner, afin de rendre votre urine la plus claire possible.


Utilisation externe
En homéopathie appliquez quelques gouttes d'urine sous la langue, plusieurs fois par jour.

Pour les problèmes de peau récoltez l'urine et appliquez-la sur la zone concernée avant de masser doucement. L'urine sera absorbée par la peau. Si vous souhaitez rincer, attendez au moins 10mn après l'application. Soulage eczéma, acné, piqûres...Peut également être utilisée en compresse sur une plaie.

Pour les problèmes de dents et de gencives utilisez l'urine en bain de bouche. Faites circuler l'urine partout dans la bouche et entre les dents pendant un minimum de 10mn avant de recracher, au moins une fois par jour. Soulage maux de dents, abcès dentaires, inflammation des gencives,... Si votre urine est acide, suivez les recommandations du premier chapitre (tout particulièrement évitez le sucre, la viande et les produits laitiers) et buvez plus d’eau avant de pratiquer les bains de bouche.

Pour les problèmes de sinus, de gorge et d'allergies utilisez l'urine en inhalation, en gargarisme ou en lavage des sinus. Recrachez.

Pour les problèmes d'yeux faîtes un bain d'yeux à base d'urine ou instillez quelques gouttes d'urine dans chaque oeil. Si l'urine est trop forte, diluez la dans un peu d'eau. Soulage fatigues oculaires, inflammations, infections... Ne pas pratiquer en cas d'infection urinaire.

Pour les problèmes d'oreilles instillez quelques gouttes d'urine dans l'oreille. Soulage otites, douleurs auriculaires... Ne pas pratiquer en cas d'infection urinaire.


Utilisez toujours de l'urine fraîche -maximum 15mn après miction. En cas d'application cutanée, l'urine vieillie quelques jours dans un pot en verre propre, bien scellé, peut exceptionnellement être utilisée.




En savoir plus
Un bref historique
3000
av. J.-C.
Le « shivambu kalpa vidhi » (शिवम्बु कल्प विधि) -technique de guérison par l'urine, traité indien consacré à l'urothérapie, décrit l'urine comme une eau divine et recommande de la boire chaque matin afin de purifier le corps, stimuler et dynamiser les sens, guérir de nombre de maladies et jouir d'une excellente santé.
1500
av. J.-C.
Le papyrus « ebers », traité médical égyptien, mentionne plus de cinquante remèdes à base d'urine.
VIe siècle
av. J.-C.
Le Bouddha pratique l'urothérapie et la recommande à ses disciples comme une méthode de santé efficace. De nombreuses références à l'urine comme agent thérapeutique sont présents dans les recueils de préceptes (विनय, vinaya) et les enseignements (सुत्त, suttas).
Ier siècle Dans le livre 28 de son Naturalis Historia (histoire naturelle), l'auteur romain C. Plinius Secundus recommande l'urine en application externe pour traiter les plaies, les morsures de chiens et de serpents, les maladies des yeux et de la peau, les brûlures et les cicatrices.
1660 Le Dr allemand Federich Hoffman reconnaît l'urine comme « bénéfique en jeûne contre l'épilépsie, les ulcères, les cataractes et les tumeurs malignes. »
1695 Le livre Salmon's English Physician fait l'éloge de l'urothérapie, proclamant : « L'urine humaine détruit la cause de la plupart des maladies. »
1810 Le docteur américain Richard Hazeltine utilise une préparation à base d'urine pour traiter le rhume.
1841 Le livre Englishman’s Treasure recommande de laver les plaies à l'urine.
1863 The Physiological Memoirs of Surgeon-General Hammond, écrit par un docteur de l'armée américaine, fait référence aux injections d'urine comme moyen thérapeutique.
1900 Le chercheur allemand Spiro rapporte que l'urée a la capacité de « dissoudre » les protéines étrangères comme les virus et les allergènes.
1902 Le chercheur W. Ramsden publie un article dans l'American Journal of Physiology confirmant et approfondissant les recherches de Spiro. Il décrit également la capacité de l'urée à prévenir la putréfaction des plaies.
1906 Le Dr W. James Wilson publie dans la revue médicale anglaise Journal of Pathological Bacteria une étude sur les propriétés antibactériennes de l'urée.

Deux chercheurs français, G. Peju et H. Rajat publient un rapport démontrant l'effet de l'urée sur plusieurs types de bactéries pathogènes.
1915 Les chercheurs et docteurs de l'armée anglaise W. Symmers et T.S Kirk rapportent : « Dans notre Ulster Volunteer Force Hospital, tous les soldats blessés sont traités avec l'urée. Nous constatons que les plaies infectées pansées à l'urée une fois par jour donnent de meilleurs résultats que n'importe quel autre traitement. »
1918 Le docteur, chirurgien et spécialiste de l'appareil génito-urinaire Charles H. Duncan publie le livre « Autotherapy » dans lequel il décrit comment des patients en phase terminale se guérirent en buvant leur urine ou en recevant des injections d'urine. Il remarque : « De nombreuses maladies guérissent rapidement suite à l'administration d'urine. »
1926 Le professeur Silvestrini vaccine ses patients avec leur propre urine.
1930 Le Dr allemand Herz administre à ses patients des injections de leur propre urine et décrit les résultats dans son livre Di Eigenharnbehandlung.
1933 Le Dr William M. Millar travaille à la Tumor Clinic du Cincinnati General Hospital et utilise avec succès des cristaux d'urée sur des ulcérations cancéreuses externes.
1934 Le médecin pédiatre Martin Krebs effectue des injections intramusculaires de l'urine de ses patients et constate « des améliorations remarquables dans les cas d'allergies, de spasmes musculaires, d'asthme, de rhumes des foins, de paralysie partiale et d'angines. »

Le Dr italien R. Tiberi publie une étude portant sur les injections intramusculaires d'urine chez les individus atteints de néphrite : les symptômes sont réduits de façon significative et l'infection éliminée dans la plupart des cas.
1935 Les docteurs John FL Foulger et Lee Foshay publient un article dans le Journal of Laboratory and Clinical Medicine, Departments of Pharmacology and Experimental Bacteriology, University of Cincinnati sur les propriétés antibactériennes de l'urée.

Le Dr M. Garotescu soigne les cas de cystite avec de simples injections d'urine. Les tests en laboratoire confirment la disparition totale de la bactérie.

Le Dr Foshay utilise l'urée en application locale dans les cas d'otites et obtient de bons résultats.

Le premier ministre indien Moraji Desai décède à l'âge mûr de 99 ans, après avoir mené une vie très active. Il partageait son secret de santé à qui voulait l'entendre : amaroli.
1936 Le Dr H.B. Day démontre l'efficacité des injections d'urine dans les cas de néphrites.

Les docteurs Eaton M. Mackay et Charles R. Schroeder constatent que « l'urée ne fait pas qu'affaiblir les virus de la polio et de la rage, elle les détruit ».
1938 Les docteurs anglais L. Muldavis et J.M. Holtzman du Royal Free Hospital rapportent : « Le traitement à l'urée réussit où d'autres traitements échouent. Dans les cas de staphylococcie cutanée, une compresse d'urée se revèle meilleure que n'importe quelle autre compresse. Ce traitement ne comporte aucune contre-indication. »
1940 Le pédiatre Martin Krebs mène une étude sur l'auto-urothérapie dans les cas de maladies infectieuses infantiles. Il observe que les lavements intestinaux à l'urine sont efficaces contre la rougeole, la coqueluche et la vérole.
1941 Les docteurs David J. Sandweiss, M.H. Sugarman, M.H.F. Friedman, et H.C. Saltzstein démontrent l'effet thérapeutique des injections d'urine dans les cas d'ulcères de l'estomac.
1943 Les docteurs Holder et Mackay appliquent de l'urée sur les plaies pour nettoyer les tissus morts et stimuler la production de nouveaux tissus.

Le Dr J.H. Thompson révèle dans le British Medical Journal que plus de 300 docteurs et chercheurs ont pu observé cliniquement que l'H-11, un composant de l'urine humaine, inhibe le développement de cellules cancéreuses.
1944 John Armstrong publie The Water of Life, le récit de sa propre guérison de tuberculose et de diabète grâce au jeûne à l'urine, et le récit de centaines de guérisons qu'il a su inspirer : cancers, maladies cardiovasculaires, maladies rénales, maladies vénériennes, obésité, problèmes de prostate, et bien d'autres.
1946 Les chercheurs Weinstein et McDonald rapportent que l'urée détruit de nombreux types de bactéries, comme celles responsables de la dysenterie, typhoïde et les infections staphylococciques et streptococciques.
1947 Les docteurs J.L. Williams et C.L. Walters observent que certains composants de l'urine ont des propriétés anti-tumeurs.

Le Dr Plesch publie un article dans la revue londonienne The English Medical Journal rapportant les succès obtenus par les injections d'urine sur de nombreux troubles, tels que : asthme, allergies, migraines, maladies infectieuses, infections virales, arthrite, coqueluche, rhumes, diabètes, goutte, troubles cardiovasculaires, dysfonctionnements des glandes surrénales et thyroïdiennes, jaunisse, ulcères, constipation, etc. « Les effets sont remarquables. [...] J'ai effectué des centaines d'injections et aucun de mes patients n'a présenté de réaction adverse. »
1951 Le docteur scandinave K.B. Bjornesjo démontre que l'urine humaine détruit complètement la bacille de Koch, responsable de la tuberculose.
1954 L'édition de juin du Journal of the American Medical Association rapporte: « Plus d'études scientifiques ont probablement été publiées sur l'urée que sur quelconque autre susbtance organique ». Une autre édition de la même revue révèle: « Plus de mille documents scientifiques liés uniquement à des substances trouvées dans l'urine ont été publiées dans l'espace d'un an. »
1956 Le Joumal of the American Medical Association publie une étude sur l'effet diurétique de l'urée, sa capacité à réduire les méningites et les pressions cérébrospinales.
1957 Suite à l'étude de 1956, une étude plus poussée est menée sur 300 patients souffrants de maux tels que: hydrocéphalies, migraines, méningites, abcès cérébraux, glaucome, détachements rétiniens, tumeurs cérébrales inopérables, rétentions d'eau prémenstruelles, delirium tremens et épilepsies. L'urée fut administrée par voies intraveineuse mais aussi orale. Cette étude conclut que l'urée a « définitivement sa place dans l'arsenal thérapeutique du chirurgien », ajoutant que « dans de nombreux cas, l'urée s'est révélée salvatrice ».
1961 Les docteurs J.U. Schlegel, Jorge Cuellar et R.M. O'Dell démontrent l'effet « bactériostatique ou bactéricide » de l'urée sur les bactéries responsables des infections urinaires.

Le Dr Novak rapporte avoir traité 21 patients cancéreux avec des injections de leur propre urine et obtenu d'excellents résultats.
1962 Les docteurs Martin Lerner, Maxwell Finland et Jack Remington de l'université d'Harvard découvrent que l'urine d'individus atteints de choléra, typhoïde, diphtérie, pneumonie, polio, laptospirose et salmonellose contient des anticorps propres à lutter contre leur maladie.
1963 Le lauréat au prix Nobel Albert Szent-Gyorgi rapporte dans Science Magazine « Un extrait d'urine, nommé 'refine', inhibe la croissance de tumeurs malignes chez les souris lorsqu'introduit en petites doses. En doses plus importantes, cette même susbtance fait régresser les tumeurs. »

Le docteur italien Carmelo Giordano démontre que l'urée soutient les reins dans leur travail de décomposition et d'utilisation des protéines.
1965 Les docteurs Lars A. Hanson et Eng M. Tan publient dans le Journal of Clinical Investigation un article sur les anticorps naturellement présents dans l'urine humaine.
1967 Le Medical Journals du 24 octobre retranscrit une conférence donné par une équipe de médecins dans le cadre d'un congrès organisé par l'American Heart Association : « L'urokinase, une substance extraite de l'urine humaine, se révèle très prometteuse dans le traitement de certaines maladies mortelles causées par la formation de caillots sanguins. »
1968 Le docteur américain Donald Kaye, du Medical College of Cornell University, publie les résultats de son étude consacrée aux propriétés antibactériennes de l'urine. Il fait suite aux travaux menés par les docteurs Schlegel, Cuellar, O'Dell, Raffi, Flinner, Brazil, Netter et Clark.

Le docteur japonais Momoe Soeda identifie HUD, une substance anticancéreuse présente en grande quantité dans l'urine d'individus atteints de cancer. Il administre cette substance à ses patients cancéreux et obtient d'excellents résultats.
1971 Des chercheurs de l'école de médecine de Kyoto, au Japon, découvrent dans l'urine humaine de nombreux anticorps tel que l'intérokine, la rénine et la prostaglandine, d'importantes hormones servant à combattre les infections et tumeurs malignes.
1975 Les docteurs A.H. Free et H.M. Free des laboratoires Miles révèlent : « Nous avons pu identifier plusieurs milliers de composants dans l'urine humaine, parmi lesquels la grande majorité sont dérivés du sang. »

Le docteur Shashi Patil fonde la Shivambu Nature Cure Hospital à Kolhapur, en Inde, une clinique qui promeut l'urothérapie.
1977 Le docteur Stanislaw R. Burzynski guérit plusieurs cas de cancer avec des injections d'antinéoplastons, substances extraites de l'urine humaine.
1980 Le Dr. John R. Herman, professeur d'urologie, publie dans le New York State Journal of Medicine un article sur l'urothérapie à travers le monde, dans lequel il remarque : « Parmi les constituants de l'urine, aucun n'est pas naturellement présent dans l'alimentation humaine. Les pourcentages diffèrent, mais ces composants sont tous profitables au métabolisme. »
1981 Le Dr Nancy Dunne, conseiller médical de l'Irish Allergy Treatment and Research Association, fondateur de l'Irish Orthomolecular Medical Association, et membre de plusieurs sociétés de recherche sur les allergies, publie un rapport qui lui vaut un prix spécial à l'Oxford Medical Symposium : « Une technique simple pour traiter les allergies, l'Auto Immune Urine Therapy gagne rapidement en popularité aux états-Unis et se révélera probablement être la méthode du futur. » Dr Dunne évoque sa rencontre avec le neuropsychiatre William Fife, un médecin s'étant lui-même guérit avec l'urothérapie et ayant prescrit cette thérapie à ses patients : « 92.6% de ses patients ont éprouvé un soulagement de plus de 50% de leurs symptômes. La moyenne rapportée par ses patients était de 70%. Alors que ses patients venaient se faire traiter pour des problèmes d'ordre psychiatrique, de nombreuses maladies physiques se sont vu soulagées par la même occasion, telles que : sclérose en plaques, colite, hypertension, lupus, polyarthrite rhumatoïde, hépatite, hyperactivité, insuffisance pancréatique, psoriasis, eczéma, diabète, herpès zoster, mononucléose, etc. […] En plus de 100.000 (cent mille) traitements, le Dr Fife n'a observé aucune réaction adverse importante aux injections d'urine. » Le Dr Dunne raconte ensuite comment il a traité un enfant souffrant terriblement d'hyperactivité, d'asthme, d'eczéma, de fièvres et d'adénite chroniques, de maux d'oreilles et crises d'hystérie chroniques depuis sa naissance, en recommandant à sa mère de lui appliquer quelques gouttes de sa propre urine sous sa langue, 4 fois par jour.
1982 Le Dr Saul Kent rapporte que la DHEA, une hormone naturellement présente en grandes quantités dans l'urine, a des effets anti-cancer, anti-obésité et anti-âge.

Selon l'édition d'octobre du Omni Magazine « l'acide urique détruit les radicaux libres, considérés comme une cause de cancer et de détérioration de la fonction immunitaire. L'acide urique pourrait être une des raisons qui permet aux êtres humains de vivre considérablement plus longtemps que les autres mammifères. »
1983 Le docteur immunologue écossais C. W. Wilson, suite à de nombreuses recherches en laboratoire, rapporte: « J'ai rapidement réalisé que l'urine non-diluée administrée par voie orale était efficace contre les maladies immunitaires. […] L'urine contrôle une grande variété d'allergies d'ordre alimentaires, environnementales et chimiques. »
1988 Le journal indien Gujarat Samacher, dans une édition du mois de décembre, rapporte les guérisons de 33 (trente-trois) cas de cancer, avec noms et adresses des patients.

Selon un rapport du New York University Medical Center, les séropositifs libèrent dans leur urine des anticorps contre le virus du sida.
1990 Le professeur Takashi Kurimura de l'Institut de Macrobiologie de l'Université de Osaka publie un article dans la revue Asahi rapportant l'efficacité de l'interféron contre la maladie du sida. Les expériences en laboratoire révèlent que cette substance est plus efficace à faible dose [comme dans l'urine humaine] qu'à haute dose [comme dans les extraits artificiels].
1992 L'institut de Chimie de Hayashibara, au Japon, rapporte que l'urine contient de nombreuses substances bénéfiques à la santé, mentionnant également l'interféron comme un analgésique et antibiotique naturel.
1993 Le Physician's Handbook on Immuno-Tolerance rapporte les résultats d'études menées sur la pratique de l'urothérapie dans les cas d'allergies, remarquant chez les individus « un renforcement notoire du système immunitaire, une augmentation du taux de lymphocytes C et une résistance accrue aux infections virales ».
1994 La Tanzanie devient le premier pays du monde où le Ministère de la Santé accepte officiellement l’urinothérapie. Cette décision fait suite à un projet médical dans lequel un grand nombre de malades du SIDA ont amélioré leur état de santé ou l’ont intégralement recouvré grâce à cette pratique.
1996 Le premier congrès international sur l'urothérapie est tenu à Goa, en Inde et réunit docteurs, individus s'étant guéri de diverses maladies et personnes intéressées d'une cinquantaine de pays.
1999 Deuxième congrès international sur l'urothérapie à Gersfeld, en Allemagne.
2003 Troisième congrès international sur l'urothérapie à Belo Horizonte, au Brésil.




Questions fréquemment posées
· L'urine n'est-elle pas sale et toxique?
Et bien non! La science nous informe que l'urine fraîche est stérile et son absorption inoffensive.

· Je n'ai jamais bu et je ne boirai jamais mon urine!
Vous avez déjà bu votre urine chaque jour, pendant plusieurs mois, dans le ventre de votre mère. Le liquide amniotique que vous buviez et dans lequel vous baignez était composé à 80-90% de votre urine. C'est ce liquide qui vous protégeait des infections, de l'intérieur comme de l'extérieur. Quant au futur, c'est votre choix, mais peut-être allez-vous changer d'avis en en apprenant plus sur le sujet.

· Il n'est pas naturel de réabsorber quelque chose que le corps a rejeté.
Comme précédemment mentionné, vous avez déjà bu votre urine, chaque jour, pendant plusieurs mois, dans le ventre de votre mère. Il n'est pas rare de voir un animal, qu'il soit sauvage ou domestiqué, boire son urine. On peut observer dans la nature les arbres se débarasser de leurs feuilles pour pouvoir ensuite les réabsorber sous forme de humus, ou encore l'eau des océans s'évaporer pour ensuite retomber sous forme de pluie.

· Cette thérapie est infondée et non-scientifique.
Cela fait des miliers d'années que cette thérapie fait ses preuves et elle continue de faire ses preuves aujourd'hui. Pour voir les résultats qu'obtiennent des personnes comme vous et moi, n'hésitez pas à faire un tour sur la page « Témoignages ».

L'urine est une substance très étudiée par la science et de nombreuses études mettent en évidence les propriétés thérapeutiques de ses composants. Sur ce sujet, je recommande tout particulièrement le livre « Your Own Perfect Medicine » de Martha Christy.

· Pourquoi boire mon urine alors que je pourrai avoir recours à la médecine moderne?
Cette thérapie est totalement gratuite. Cette thérapie est très efficace. Cette thérapie traite un très grand nombre de maladies. Cette thérapie vous est personnalisée, au jour le jour. Cette thérapie vous est accessible tout le temps, où que vous soyez. Cette thérapie ne nécessite aucun diagnostic. Cette thérapie ne comporte aucun effet secondaire. Cette thérapie ne requiert que très peu de temps. Enfin, cette thérapie peut aussi être pratiquée en prévention, pour le maintient de la santé.

· Comment se fait-il que l'urine puisse guérir?
L'action thérapeutique de l'urine est triple:
1- Une action nourrissante, grâce à la multitude de vitamines, de minéraux et d'hormones qu'elle contient.
2- Une action nettoyante, de par les propriétés antivirales, anticancéreuses, antibactériennes, antitumeurs,... de l'urée et d'autres composants tels que l'H-11, l'HUD, les antinéoplastons, la DHEA, l'interféron, mais également à travers l'effet laxatif produit par son mélange d'eau et des sels.
3- Une action immunitaire spécifique, possible grâce à sa présence d'anticorps développés par l'organisme pour lutter spécifiquement contre les pathogènes du moment, mais aussi grâce à la faible présence de toxines qui font de votre urine votre parfaite solution homéopathique.

· Si cette thérapie est aussi merveilleuse, pourquoi n'en ai-je pas entendu parler avant ?
Si l'industrie pharmaceutique est au courant des vertus de l'urine, il n'est pas dans leur intérêt financier de voir les gens prendre soin de leur santé par eux-mêmes. Les entreprises pharmaceutiques préfèrent extraire pour nous des composantes d'urine d'autre personnes (voir d'animaux) pour pouvoir nous les vendre ensuite sous forme de médicaments. L'industrie cosmétique exploite également le filon, en nous proposant nombre de crèmes à base d'urée.

· Je suis un traitement médicamenteux, puis-je pratiquer amaroli?
Oui. Commencez avec de très faibles doses et augmentez tout doucement. Faîtes vous suivre par votre médecin traitant pour pouvoir diminuer la prise de médicaments au fur et à mesure que votre condition s'améliore.

· Je souffre d'infection urinaire, puis-je boire mon urine?
Oui. Commencez avec une faible dose et augmentez progressivement. Votre urine sera pour vous la meilleure solution homéopathique.



Documents conseillés
· Testez l'Urinothérapie -Dr Schaller et Mme Razanamahay
· L’élixir de Vie : guide complet de l’urinothérapie -Coen Van der Kroon
· Your Personal Free Pharmacy -Gary Ward (en anglais)
· Your Own Perfect Medicine -Martha M. Christy (en anglais)
· The Water of Life -J.W. Armstrong (en anglais)
· Miracles of Urine Therapy -Dr C.P. Mithal (en anglais)
· Natural Benefits of Urine Therapy -Jagdish R. Bhurani (en anglais)
· Uroterapia - Sonia Rodríguez de Gómez (en espagnol)
· Les superpouvoirs de l'urine -documentaire d'ARTE
· Les secrets de l'urine par le Dr. Urgen Bush
· Amaroli, l'urinothérapie, le plus vieux médicament du monde -Dr Christian Tal Schaller
· Témoignages amaroli sur EarthClinic.com (en anglais)
· amaroli
· urothérapie
· urinothérapie
· shivambu