sciatique
Juvenal Divassa, 45 ans, Gabon ynhpatrick@gamil.com
Ca fait plus de 10 ans je souffrais du mal du nerfs sciatique. Dans mes recherches je suis tombé sur Amaroli. J'ai decidé de prendre mon urine parce que le mal était devenu insupportable. J'ai fais de mon urine mon eau: afin d'accélérer la guérison, je bois mon urine chaque je pisse. Je bois aussi 2 à 3l d'eau par jours. Après 1 mois seulement j'ai constaté un changement extraodinaire. Le mal a presque disparu. Je suis certain qu'après 3 à 4 mois, le mal va totalement disparaitre.
le 26 janvier 2019

myopie vue
Louis T., 30 ans, France
Je porte des lunettes depuis l'âge de 8ans, et j'en ai maintenant 30. Cela fait maintenant 4 mois que je pratique amaroli. Je ne fais presque pas de bains d'yeux à l'urine, mais bois presque toute mon urine, et me masse avec de l'urine vieillie. Ces deux derniers mois, j'ai remarqué que ma vue s'est beaucoup améliorée, et je peux me passer de temps en temps de mes lunettes. J'ai pris rendez-vous chez l'opticien, qui m'a confirmé que ma vue s'était améliorée, et que je devrai quitter mes verres de correction 4,25 pour des verres 3,50. Je tiens à ajouter que je pratique également le sungazing.
le 9 mars 2018

acné anxiété mal de dos sciatique sommeil difficile syndrome des ovaires polykystiques
Nashi K., 31 ans, Italie
C'est mon septième jour d'amaroli. Le quatrième jour, je me suis réveillée pour la premières fois en des ANNEES sans douleur de dos!! Avant cela, je me réveillais toujours tôt, à environ 6h, à cause de la douleur insupportable causée par ma discopathie lombaire, qui enflammait également mon nerf sciatique. Ce matin j'ai pu dormir jusqu'à 9heures et me suis réveillée sans AUCUNE douleur. Après trois jours d'application d'urine fraîche sur ma peau acnéique, je voyais déjà les résultats : une peau plus claire, plus belle, et une apparence rajeunie. Je constate une diminution des symptomes de mon syndrome des ovaires polykystiques. Par dessus tout, mon moral revient, j'ai souffert d'anxiété pendant ces dernières années mais me sens à présent toute paisible et heureuse. Je suis abasourdie, j'ai le sentiment d'avoir trouvé le plus grand secret de la vie, et ne suis pas prête de m'arrêter.
le 9 mars 2018

énergie
Henry Henock, 35 ans, Congo ngandokazadi@gmail.com
Cela fait longtemps que je prends amaroli, et mon corps est toujours en bonne forme après utilisation.
le 27 octobre 2017

constipation émotions et spiritualité énergie
Adrien , 26 ans
Je découvris cette pratique il y’a de cela un an lorsqu’une amie, médecin et naturopathe, m’en parla. Malgré la grande confiance que j’éprouve envers elle, et connaissant la valeur de son expérience et de son travail, je mis cette information de côté, ne comprenant alors pas encore l’intérêt en terme de santé que cette « médication ancestrale » pouvait m’apporter. J’étais dans l’expectative et j’avais d’autres choses en tête… Et j’oublia rapidement cette discussion jusqu’à un voyage en Inde du sud où une lecture hasardeuse m’amena à redécouvrir cette pratique. La graine qu’avait planté la discussion passée avec mon amie commença à germer et je me mis de plus en plus à y penser. Je me rappela alors une vieille expérience, quand j’étais enfant, où j’avais voulu boire mon urine. Cela me faisait rire de m’imaginer la boire, cette chose si répugnante que l’on m’avait toujours appris à éviter. Pour moi l’urine c’est un déchet du corps et que si il y’a déchets, je ne vois pas pourquoi je m’amuserais à m’intoxiquer, me rendre malade, pour les beaux yeux d’une expérience. C’était vraiment trop farfelu et pourtant nombre de personnes affirmaient les formidables bénéfices qu’elles retiraient de la pratique quotidienne de l’amaroli. J’étais vraiment titillé à l’idée de la pratiquer mais mon mental, pourtant assez ouvert, avait du mal à l’accepter; Et cette acceptation mis plusieurs mois à se dessiner, mais une fois les barrières tombées, une fois que j’avais vraiment lâché prise, je me lança. Je me rappelle c’était un matin et j’étais particulièrement fatigué. Je bus quelques gorgés de ma première urine du matin. WAOUHH l’effet fut presque instantané, je sentais l’énergie circulait en moi. C’étais très étrange, c’était agréable ! Alors déjà l’urine, même forte (surtout celle du matin) n’avait pas mauvais goût. Un peu salée, un peu amère peut-être, mais pas de soucis. Je me rendis compte plus tard que l’alimentation jouait une part très importante dans l’odeur et le goût de l’urine. Plus l’on mange mal, moins l’urine est bonne et inversement. Plus l’on mange de fruits et de légumes, crus, biologiques et frais, plus l’urine est bonne. Ainsi je vis ma pratique de l’amaroli améliorer mon hygiène de vie en allant toujours chercher une alimentation en rapport avec ma physiologie. Je me rendis compte également qu’elle était laxative, très douce, moi qui a tendance à la constipation, enfin avait tendance, amaroli me permis d’avoir un transit bien plus régulier, avec des selles bien formées. Et puis je me rendis compte qu’au niveau émotionnel, là aussi, elle agissait. Toujours en douceur, toujours en accord avec les possibilités de notre corps, amaroli fit l’effet d’un « déstockage » de mes humeurs. Plus j’avançais dans ma pratique, plus je me sentais comme « nettoyé », « revivifié », « purifié ». Pourtant l’urine, l’on nous dit que c’est un déchet, alors comment se fait-il qu’elle apporte autant de confort, autant d’aisance au corps, de manière presque immédiate. Et bien, et cela je peux l’expliquer par les recherches scientifiques sur le sujet, l’urine n’est pas un déchet à proprement parlé; Et puis elle possède nombre d’éléments essentiels au bon fonctionnement de notre organisme (hormones, minéraux…). Elle n’est que du sang filtré par les reins et éliminé par le corps. Les résidus qu’elle contient ne sont que ceux qui sont en trop grande quantité dans le sang. Si il y’a poisons dans l’urine, cela vient en partie de notre hygiène de vie. Mais je ne comprenais toujours pas pourquoi l’urine me fit me sentir si bien. Je sais aussi qu’elle appaise les douleurs de ceux qui en ont ! La réponse me fit apporté par un chaman suisse, médecin lui aussi, qui m’expliqua que l’urine possédait « la vibration » du sang, son énergie, assez élevée, et que c’était en cela qu’elle était un formidable « remède », celui du corps créé par le corps, pour le corps ! Elle informe à l’instant « T » notre organisme de ses forces, faiblesses et capacités du moment. Elle est notre médecin le plus intime, celui qui nous connait le mieux. Maintenant cela fait bien 4 mois que je bois mon eau de vie et je peux dire que je me sens de mieux en mieux, que mon corps se sent de mieux en mieux. Je suis excité de voir à quel point la santé est si naturellement simple, si naturellement logique. Amaroli m’a permis de grandir, de prendre un peu plus conscience de qui je suis et de m’aimer un peu plus. Cela fait 4 mois que je l’utilise et ce n’est pas prêt de s’arrêter !!!
le 17 septembre 2017

dépression émotions et spiritualité
Chris D, 39 ans, Espagne
J'ai réussi à surmonter ma dépendance aux drogues il y a quelques années mais mes tendances dépressives persistaient. Il y a deux semaines j'entrepris de boire toute mon urine. Je peux vous dire que le changement est incroyable. Je suis beaucoup plus calme et paisible. Je ne bois plus d'alcool et ne prends plus de médicaments. Ma femme est très surprise et trouve ma transformation « magique ».
le 16 septembre 2017

calculs rénaux fièvre infection bactérienne kystes ovariens parasite tumeur
Denys Dominguez, 39 ans, Venezuela
Je suis vénézuelienne, j'ai 39 ans et connais l'urinothérapie depuis ma plus jeune enfance. Ma grand-mère me donnait des bains à l'urine quand j'avais la fièvre. Elle me faisait également boire mon urine pour tuer les parasites, et, quand nous voyagions en montagne, nous nous frôttames les pieds à l'urine pour éviter les morsures de serpents.

A l'époque, je ne savais pas que cette thérapie pouvait soigner d'autres maux. En grandissant, je m'éloigna de cette pratique, jusqu'à l'âge de 19 ans où un très bon ami m'en reparla. Je bus un demi-verre chaque matin et les résultats firent stupéfiants. En quelques mois, je me débarassa de kystes ovariens et parvins à avoir deux enfants. Je me guéris d'une tumeur suppurée près de mon oreille gauche, qui s'était répandue jusqu'à la machoire. Je me guéris d'une infection bactérienne (streptocoque bêta-hémolytique de type A) et me débarassa également de calculs rénaux.

Deux ans plus tard, je décida d'intensifier ma pratique en réalisant un jeune de 4 jours à l'urine et à l'eau. Avec le temps, je devins végétarienne. Je me sens si bien aujourd'hui. Amaroli me procure une profonde paix intérieure et clareté mentale.
le 9 septembre 2017

acné émotions et spiritualité gastrite
Reyna G, 29 ans, Pérou
J'ai découvert l'urinothérapie il y a 2 ans sur Internet. Je cherchais déséspèrement à me guérir d'une gastrite qui ne répondait à aucun remède ni médicament. Je fus surprise qu'une telle pratique exista, mais le nombre de témoignages, y compris de la part de naturopathes, m'impressionna et souhaita en savoir plus. Je lis plusieurs livres et articles sur le sujet et, convaincue, me décidai à essayer. La première semaine, je consommai mon urine deux fois par jour. Je ne ressentis aucune différence notoire mais j'avais confiance et décidai de poursuivre l'expérience. La deuxième semaine je notai une amélioration de mes symptômes. En l'espace d'un an, mes symptômes diminuèrent grandement mais n'avaient pas totalement disparu. J'entrepris de jeûner 4 jours à l'eau et à l'urine, suite à quoi la gastrite disparue sans jamais réapparaître. Je devins également beaucoup plus paisible, alors que j'étais par le passé très anxieuse et peureuse. Au jour d'aujourd'hui, je bois mon urine en moyenne trois fois par jour, et jeûne 3-4 jours par mois à l'urine et à l'eau. J'utilise également ma propre urine vieillie sur ma peau, et me guéris ainsi de mon acné.
le 4 septembre 2017

apparence / beauté constipation douleurs menstruelles migraine rhume
Sol B E, 43 ans, Colombie
Cela fait 18 ans que je consomme mon urine chaque jour. J'ai commencé suite à des problèmes intestinaux. Je trouvais du sang dans mes selles, souffrait de constipation et de règles douloureuses. Mon beau-frère me fit part de documents sur l'urinothérapie. Un jour, mon colon était très enflammé. J'étais sur le point de partir à l'hôpital, mais je décida d'essayer l'urinothérapie. A ma grande surprise, ma condition ne cessa de s'améliorer. Non seulement ma constipation et mes douleurs menstruelles, mais encore mes migraines s'envolèrent. Je ne souffre plus de rhumes non plus. J'applique l'urine chaque nuit après m'être démaquillée. J'ai 43 ans mais recois très régulièrement des compliments sur mon apparence jeune. Mes deux chiens bénéficient également de l'urinothérapie et se portent merveilleusement bien. Une fois, ma petite chienne souffrait de fièvre et d'une infection vaginale. Le vétérinaire recommanda la chirurgie, mais j'essaya l'urinothérapie. Elle se guérit rapidement, aujourd'hui, elle est en excellente forme et son poil est très soyeux. L'urine est un cadeau de Dieu.
le 3 septembre 2017

kyste testiculaire obésité
Fernando C, 39 ans, États-unis
Il y a 6ans, je pesais presque 200kg et était en très mauvaise santé. Un jour, je découvris un kyste sur mes testicules. Peu après, mes testicules se mirent à saigner régulièrement, ce qui, comme vous pouvez l'imaginer, m'horrifia. J'avais déjà souffert de kystes par le passé, mais celui ci semblait beaucoup plus dangereux. Je dois préciser que je ne bénéficie pas de la sécurité sociale. Un jour, ma grand-mère me parla de l'urinothérapie. Elle découvrit la pratique par le Dr Chaya Michan, au Mexique. J'entrepris un jeune d'une semaine, uniquement à l'eau et à l'urine. Chaque nuit, je couvris mes testicules d'un tissu imbibé d'urine, pour que l'urine agisse pendant la nuit. A la fin de la semaine, le kyste avait disparu. Quatre ans plus tard, j'entrepris d'améliorer mon alimentation. J'évitais le sel, et ne mangeait plus qu'un repas par jour, le midi, à l'exception de quelques morceaux de fruits le soir. Je perdis ainsi 100kg. Cela fait maintenant deux ans que je mange ainsi et me sens beaucoup mieux.
le 25 août 2017


Affiche 10 témoignages par page
page  1 2 3 4 5 6